Climat – Le long chemin des -55%

La semaine dernière, le Conseil européen s’est accordé pour relever l’objectif européen de réduction des gaz à effet de serre à l’horizon 2030. Cet objectif passe de -40% à -55%. Le Conseil entend l’atteindre « de la manière la plus efficace possible au regard des coûts », « en tenant compte des considérations d'équité et de solidarité » et de sorte « qu’il préserve la compétitivité de l'UE et tienne compte des situations de départ différentes ».


Pieter Timmermans, CHIEF EXECUTIVE OFFICER
16 December 2020

Certains de ces éléments sont essentiels pour la Belgique et pour la FEB dans le cadre des discussions sur la répartition de l’objectif entre pays, qui n’auront lieu qu’en « temps utile ». Certes, on peut espérer une répartition plus juste d’un point de vue « coûts » que par le passé, afin d’éviter que la Belgique, pour la ixième fois, ne soit mise plus à contribution que les autres pays. Le moins que l’on puisse dire est que les futures discussions – forcément tendues – sur le sujet comportent bien des inconnues au vu des intérêts opposés d’autres pays.

Crédible, la réponse belge ?
Notre nouvel objectif est donc encore inconnu, et on sait que l’actuel est loin d’être évident … En vue d’atteindre ce dernier, le Plan National Énergie-Climat (PNEC) reprend les politiques et mesures mises ou à mettre en place. S’il est concret sur certaines mesures, il n’en reste pas moins à plus d’un titre un « catalogue de bonnes intentions », ce qui nuit à sa crédibilité. Plus d’un pense même qu’on est plus que « juste » : on n’y arrivera pas. Des mesures plus concrètes, plus fortes doivent être prises rapidement pour que l’on puisse espérer – et ce n’est pas gagné – tenir notre objectif. Alors que dire des politiques à mettre en œuvre pour atteindre notre nouvel objectif, forcément plus ambitieux ? Le tout sans parler du choix de sortie complète du nucléaire pour des technologies lock-in, qui émettront des gaz à effet de serre durant de nombreuses années, ce que veut précisément éviter la Commission en augmentant son objectif climatique. Comprenne qui pourra.

Enfin, les futures discussions belgo-belges de répartition du nouvel objectif national entre les entités du pays risquent d’être, elles aussi, pour le moins tendues. Elles seront probablement à l’inverse des réjouissances des autorités belges à l’accord européen de remonter l’objectif à -55%.

Les industries, facteur clé de la transition…
Pour l’industrie, la Commission estime la prochaine décennie cruciale en vue de « développer et déployer de nouvelles technologies neutres pour le climat à grande échelle et d’en diminuer le coûts ». Le Graal pour une bonne partie de notre tissu industriel est l’accès à une énergie zéro carbone à des prix compétitifs, lui permettant d’assurer sa transition et de rester compétitif. Ce qui impliquera des importations en masse, la Belgique n’étant – hélas – pas connue pour l’abondance d’une énergie verte bon marché. Dans ce contexte, et on n’a de cesse de le répéter, la Belgique et ses Régions ont besoin de politiques intégrées énergie-climat-industrie.

Se concentrer autour d’un programme commun, s.v.p. !
Les défis de la transition, de mieux en mieux connus, ne font que confirmer leur ampleur dans tous les secteurs. Ils appellent à se rassembler autour d’un programme commun (vision, politiques et mesures concrètes), étape indispensable à franchir au plus vite … mais cette fois vraiment ensemble, c.-à-d. avec les parties prenantes. On parle ici d’un véritable pacte de société… La balle est dans le camp gouvernemental.

L’analyse d’impact de la Commission européenne estime que les efforts les plus importants pour atteindre les -55% sont à réaliser dans les bâtiments (plus de -60% pour le résidentiel, plus de -53% pour les services) et la production d’électricité (plus de -69%).

Our partners

Business Issues

An optimum business environment is vital for a sound economy and sustainable growth. FEB aims to help create and maintain such an environment by, among other things, closely monitoring all issues of direct relevance to businesses. Here, grouped into 17 themes, are the issues on which FEB focuses most of its attention and action.


Subscribe to newsletter

Subscribe now and receive every week the latest articles directly in your mailbox